Quelles sont les techniques de délavage écologiques pour les jeans ?

Savez-vous que notre vêtement préféré est également celui qui pollue le plus ? En effet, le jean qui est un incontournable de la garde-robe à travers le monde a un impact considérable sur l’environnement, aussi bien par son processus de fabrication que par son utilisation. Volcom a décidé de prendre le problème au sérieux et d’imaginer des jeans plus écologiques pour demain.

De nouvelles techniques de délavage plus écoresponsables

Sous la pression des ONG’s et des organisations internationales investies dans le développement de la RSE (Responsabilité sociale des entreprises), certains fabricants se sont engagés à modifier leur manière de produire des jeans. En parallèle, de nouvelles solutions apparaissent pour proposer des jeans éco-responsables sur le marché notamment en utilisant des techniques de délavage innovantes. Découvrez ces dernières techniques 

Le délavage écologique à l’Ozone

L’Ozone (03) est un gaz que l’on obtient en enrichissant le Dioxygène (02) contenu dans l’air. Le délavage à l’Ozone consiste à aspirer de l’air dans une pompe pour le transformer en Ozone et le rejeter directement dans la machine où se trouvent les jeans. La technique du délavage à l’Ozone est intéressante à plusieurs titres. Pour commencer, c’est un procédé qui permet d’obtenir un résultat très esthétique. En effet, le traitement des jeans à l’Ozone a un effet similaire sur les couleurs à l’action des rayons du soleil. Ensuite, l’Ozone ne génère aucune pollution dans la mesure où, une fois rejeté dans l’air, il redevient du Dioxygène. C’est un procédé naturel qui permet d’éviter d’utiliser des produits chimiques et de supprimer un certain nombre de cycles de lavages et de rinçages. Cette technique consomme beaucoup moins d’eau et rejette des eaux usées non polluées.

Le délavage écologique aux enzymes

Une enzyme est une protéine organique produite par des cellules vivantes. Ces enzymes sont capables de catalyser une réaction chimique. Depuis les années 2010, de nombreux centres de recherche universitaires et des laboratoires indépendants tentent de trouver des solutions pour les utiliser dans l’industrie du textile. En effet, elles permettent en premier d’agir sur les fibres textiles sans les dégrader contrairement aux produits de traitements chimiques. Ensuite, l’utilisation des enzymes dans les processus de fabrication des jeans et notamment pour le délavage permet d’éviter de polluer les eaux de rinçage. C’est une réelle avancée en matière d’écologie. Néanmoins, un tel procédé est difficile à mettre en œuvre à l’échelle industrielle. Des solutions sont actuellement à l’étude pour trouver la possibilité d’exploiter ces enzymes à plus grande échelle et surtout en circuit fermé afin de réduire la production d’eaux usées.

Le délavage écologique au laser

Le délavage au laser est la troisième solution écologique pour fabriquer des jeans aussi esthétiques qu’originaux. Tout comme le délavage aux enzymes et à l’Ozone, le laser ne génère pas de pollution. C’est actuellement le procédé le plus précis que l’on peut utiliser. En effet, les motifs sont enregistrés dans la mémoire de l’ordinateur pour être reproduits à l’identique sur chaque jean. Il est ainsi possible d’obtenir des traits, des effets mouchetés ou des effets de grattage par exemple. Les machines contiennent aussi des modèles préenregistrés avec des motifs basiques et originaux. 

Chez Volcom, en plus d’utiliser du coton bio, des fibres de chanvre REPREVE® et des fibres recyclées Econyl®, nous faisons en sorte de réduire l’impact de la fabrication de nos vêtements en utilisant des techniques de délavage écologiques. Ainsi nous avons décidé de remplacer la pierre ponce par des procédés de délavage qui utilisent des enzymes ou de l’Ozone.


L’impact environnemental des jeans sur l’environnement

Le jean fait partie des vêtements qui polluent le plus. De la récolte du coton à sa commercialisation, un jean peut parcourir près de 65 000 kilomètres. Les différentes étapes de sa fabrication sont tellement dissociées qu’il est parfois difficile d’avoir une traçabilité des produits. Les distances parcourues par le jean tout au long de sa production rendent son bilan carbone particulièrement élevé, faisant de l’industrie du jean un secteur d’activité émetteur de gaz à effet de serre. Pour sa coloration, pour l’amélioration de sa texture ainsi que pour son délavage, le jean doit subir une série de traitements et de rinçages qui consomme d’énormes quantités d’eau. Ces traitements sont très souvent réalisés avec des produits chimiques tels que les nitrates, l’arsenic, les antimites, qui sont responsables de la pollution des sols, des eaux et de l’air.

Pourquoi le délavage traditionnel ne doit-il plus être utilisé ?

Le délavage est l’un des procédés de la chaîne de fabrication d’un jean. C’est celui-ci qui permet d’obtenir un denim esthétique, souple avec éventuellement des effets de marques d’usure déjà visibles. Traditionnellement, il est réalisé par la technique du sablage. Or, qu’est-ce que le sablage ? Il s’agit d’un procédé qui consiste à projeter du sable à haute pression. Réalisé à la main par des ouvriers qui sont exposés à de fines particules de silice, de granit, de sable et de pierre, le sablage a été interdit dans la législation de l’Union européenne, car elle provoque la silicose ainsi que d’autres maladies respiratoires graves. De plus, c’est un procédé très polluant. Malheureusement, beaucoup de fabricants, plutôt que d’innover, ont préféré délocaliser leurs usines dans les pays ou le sablage était encore autorisé.

Aujourd’hui, beaucoup de fabricants utilisent la pierre ponce pour le délavage des jeans. Or, c’est une ressource non renouvelable qui est directement puisée dans les fonds marins. Désormais, il est indispensable d’utiliser des techniques « stone less ».

A lire également: